POÈME : CENTRAFRIQUE, «ON TUE ENCORE AUJOURD’HUI »

0
44

C’était à l’époque où dans le ciel
Seule la lune brillait le jour
Le nain, la seule personne, et sage
Qui me reste au village
Apprend :
« Le Pape vient »
Vous voulez dire « Papa » vient ?
Le «Papa » de qui ?
Il vient pourquoi ?
On tue encore aujourd’hui

Oui, il est « Papa »
C’est tout d’abord
Le « Papa » des catholiques
Il aime les enfants des autres
Au même titre que les siens
Les politiques lui font révérence
Les protestants l’aiment
Les juifs lui font bon accueil
Les musulmans l’écoutent
Mais, On tue encore aujourd’hui

La révérence, il en sera débordé
Avant même que son pied ne touche le sol
L’accueil, il sera applaudi le long de la route
L’amour, on lui servira un maigre morceau
L’écoute, oui, mais peut-être sans rien entendre
Mais moi, le nain, qui suis au village
Qui m’amènera au pied de l’avion pour faire révérence à « Papa » ?
Qui me l’amènera au village pour que je l’applaudisse ?
Qui me prépare à l’aimer comme il aime tout le monde ?
On tue encore aujourd’hui

Ban Ki-moon est venu
Au pied de l’avion, il a reçu la révérence de la Présidente
Au palais, le gouvernement lui a réservé un bon accueil
Au camp des déplacés de l’aéroport, il s’est fait applaudir
Il a mangé et bu avec les autorités de la transition
Il a parlé aux corps diplomatiques
Il est reparti avec des cadeaux
Après lui, rien n’a changé
On tue encore aujourd’hui

Le FORUM DE BANGUI est arrivé
La Présidente l’a chanté sur les toits
Le gouvernement l’a accueilli et organisé
Des amis, des groupes corporatistes s’y sont invités
Ces amis se sont partagés le per diem
Pendant que le salaire des agents de l’Etat n’était pas payé
Les participants se sont parlé entre eux
Ils ont pris des résolutions, et signé des textes
On tue encore aujourd’hui

Le Pape vient ; lequel est choisi
Pour la révérence, l’accueil et l’écoute
N’est-ce pas les mêmes, les « élus de Dieu » ?
Ils iront à l’aéroport sous escorte
Se feront photographier avec « Papa »
Ils mangeront et boiront avec lui pour des millions de francs cfa
Moi, le nain, couvert de poussière
Sur la tombe du parent qu’on vient de tuer
Je n’aurai pas à manger, je n’écouterai pas « Papa »
On tue encore aujourd’hui

Oh, autorités politiques et religieuses
« Papa » vient rencontrer ceux que vous voulez qu’il rencontre
« Papa » vient parler à ceux à qui vous voulez qu’il parle
« Papa » vient écouter ceux que vous voulez qu’il écoute
« Papa » vient visiter les déplacés que vous voulez qu’il visite
« Papa » vient entendre les paroles que vous voulez qu’il entende
Moi, le nain, la seule personne, et sage qui reste au village
Je ne pourrai pas dire à « Papa » ce que je veux lui dire
On tue encore aujourd’hui

Ban Ki-moon, le Médiateur de la crise Centrafricaine,
Les Chefs d’Etat de la sous-région, le Forum de Bangui,
Les représentants de-ci, les représentants de-çà
Ont assez vu et entendu
Les Autorités de la Transition, les chefs de guerre,
Les présidents des partis politiques,
Les représentants de-ci, les représentants de-çà
Toujours les mêmes et toujours les mêmes
On tue encore aujourd’hui

Pour « Papa » qui vient
Que la parole soit donnée directement
A moi, jeune musulman du Km5 ou d’ailleurs qui tue
Je veux dire à « Papa » ce que j’ai au fond de moi
Dont ceux qui se prennent pour mes chefs
Dont je ne connais pas la plupart, ne savent pas
Que la parole soit donnée directement
A moi, le non-musulman de Bangui ou d’ailleurs
Qui a de la haine contre le musulman
Je veux dire à « Papa » ce que j’ai au fond de moi
On tue encore aujourd’hui

Centrafricain, « Papa » vient
Pour arrêter la violence, faire la paix
Et réconcilier les centrafricains
Pour un Centrafrique Nouveau
Ecoute celui que tu n’as pas encore écouté jusque-là
Parle à celui à qui tu n’as pas encore parlé jusque-là
Le nain, la seule personne, et sage
Qui me reste au village aura le cœur apaisé
On tue encore aujourd’hui

Pascal TONGAMBA
L’homme aux cheveux blancs

Commentaires

0 commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

Laissez votre vote!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.