CENTRAFRIQUE : ENFANTILLAGE ET RIFIFI POLITIQUES A BANGUI

2
19

Par Adolphe PAKOUA

A quelques jours de l’ouverture officielle du forum de Bangui, si vraiment le programme est respecté, la guerre des tranchées est ouverte entre le gouvernement de transition et les « soi disant » partis politiques « officiels » du microcosme mafieux de la politique centrafricaine.

Pourquoi cette guerre ?

La réponse à cette question est toute simple. Elle n’est pas le fait que les hommes politiques qui sont engagés dans cette bataille ont sorti leurs armes pour essayer de trouver des solutions de sortie de crise qui permettraient au CENTRAFRIQUE de se remettre debout pour enfin marcher dans la voie de la démocratie, de la paix retrouvée et de la consolidation de l’unité nationale, mais elle doit son explication au gros gâteau que représente le Forum, avec les retombées financières qui seront glissées sous la table et permettront à chacun de se saisir de quelques pièces.

Dans cette lutte, les « soi-disant » partis politiques défient le seul simple gouvernement de transition de s’arroger 94 places, contre une trentaine aux 70 « soi-disant » partis politiques si puissants en nombre, mais qui doivent se contenter d’une part en peau de chagrin.

Pauvre CENTRAFRIQUE ! Comble de tout, ces mêmes hommes politiques accusent la « communauté internationale » de traîner les pas pour permettre au pays de sortir assez rapidement de son calvaire.

On ne peut pas être plus pauvre de réflexions que cela quand on est incapable soi-même de commencer par balayer sa cour avant d’accuser le voisin de vous rendre malade à cause du tas d’ordures que vous pensez voir dans la sienne.

Soixante-dix partis politiques en CENTRAFRIQUE ! Mais où sont-ils ? Quel centrafricain à Tiringoulou, à Salo, à Bamboté, à Boda, à Hamada-Gaza ou dans n’importe quel coin de Centrafrique peut mettre un nom à un seul parti politique, à un seul homme politique centrafricain connu comme chef de parti politique ?

J’ai beaucoup lu, beaucoup écrit, assisté à beaucoup de réunions de centrafricains, mais j’avoue mon inculture en ce qui concerne les leaders politiques centrafricains et leur parti politique. Je suis incapable de citer cinq vrais partis politiques avec leur leader respectif, en précisant leur idéologie politique. Voilà où j’en suis. Vous me pardonnerez mon ignorance, cela fait que je ne comprends rien à la politique centrafricaine ou j’en sais tellement que cela m’embrouille.

Dans ce pays, il est pratiquement impossible de mettre tout le monde d’accord quand il s’agit de défendre un intérêt commun, lorsque des intérêts ou certains avantages sont engagés. Chacun cherchera à tirer la couverture à lui tout seul.

Les routiers de la politique centrafricaine l’ont bien compris et il n’est pas étonnant qu’ils s’accrochent à toutes les occasions qui leur sont offertes pour rester sur le terrain de la lutte. La jeunesse elle non plus, les observateurs indignés de ce spectacle eux non plus n’osent se jeter dans l’arène, pour bousculer les traditions établies afin de changer les pratiques.

Ainsi l’enfantillage politique que nous dénonçons poursuit tranquillement son petit bonhomme de chemin, pour maintenir le CENTRAFRIQUE dans le carcan au fond duquel certains l’ont enfermé depuis longtemps.

J’ai dit « Enfantillage politique » à BANGUI, pour la simple raison qu’on manque réellement de bon sens dans ce pays. Dans un forum tel que celui qui est envisagé à Bangui, l’on ne peut pas demander à 70 partis politiques d’être tous présents à ce rassemblement. L’on ne peut pas admettre que le gouvernement de transition qui n’est là que pour une transition ait 94 personnes pour parler en son nom. En ce qui concerne les partis politiques, il était possible que ceux-ci se réunissent pour se mettre d’accord sur les points essentiels à défendre lors de ce forum, afin de désigner une dizaine de personnes pouvant parler d’une seule voix lors de ce rassemblement, ce qui éviterait la cacophonie ambiante qui ne manquerait pas d’animer autrement ou d’asphyxier les débats. Il en est de même du gouvernement de transition, qui n’a aucun intérêt à occuper davantage de places qui auraient pu revenir à des personnalités neutres ou spécialisées, pouvant apporter une autre perception dans la manière de traiter les sujets inscrits à l’ordre du jour.

L’enfantillage politique, c’est aussi de créer à tout va des entités sociales là où elles ne devraient pas exister. Ce n’est donc pas pour rien que tout le monde voudrait être représenté, en cherchant à faire croire qu’il est différent des autres, tout simplement à cause de sa croyance, de la couleur de sa peau, de la longueur de son nez ou de ses oreilles. Dans cette aberration, pourquoi les métis de CENTRAFRIQUE ne revendiqueraient-ils pas leur présence au forum ? Pourquoi les danseurs de Yangbabolo n’auraient-ils pas droit d’être entendus ? Et les chercheurs de diamants, les chasseurs, les vendeurs de mangues, les chauffeurs de taxis, de taxis-brousse, et autres ramasseurs de chenilles ? Et que dirait-on des malades dans les hôpitaux ou souffrant à domicile ?

Je cite le ridicule à cause des positions et des décisions ridicules que les hommes politiques sont capables de prendre. Ce ridicule qui fait que notre pays n’avance pas à cause de la légèreté des hommes qui se croient « politiques » et qui sont incapables de faire le moindre effort d’élévation, de dépassement de soi pour voir la réalité en face et assumer en conséquence leurs actes, dans le sens même des charges publiques qui sont les leurs.

La parole est aisée, l’art difficile dit-on, mais le bon sens devrait être à l’avant-garde des actes d’hommes qui se disent responsables et qui occupent des postes de responsabilité.

Adolphe PAKOUA

Commentaires

0 commentaires

2 Commentaires

  1. Excellente analyse, magistralement développée par le compatriote A.PAKOUA.
    Elle pointe la médiocrité, l’inconsistance et l’irresponsabilité de cette classe que l’on qualifie abusivement de politique, de ces partis politiques de circonstance qui ambitionnent de présider a la destinée du pays. Ce sont les mêmes qui depuis se relaient au pouvoir comme un jeu de carte que l’on rebat et redistribue.
    Le moment venu, il faudra que cette génération qui se proclame ”consciente”, ceux qui ont vécu dans leur âme et leur chair les affres de cette longue tragédie que traverse notre pays, la majorité silencieuse qui n’a pas droit au chapitre; que tout ce monde ne se laisse plus berner et balaie sans le moindre état d’âme ces vielles ganaches et les remplacer des hommes et des femmes choisis non sur des programmes démagogiques, mais sur des critères objectifs: compétence, parcours, moralité….

  2. Aux critères évoqués : croyance, couleur de la peau, longueur du nez ou des oreilles…a-t-on pensé à envoyer au Forum des représentants Pygmées, ces premiers habitants de la RCA ? Pathétique Centrafrique !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Laissez votre vote!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.