LA RESPONSABILITÉ HISTORIQUE DE LA COMMUNAUTÉ INTERNATIONALE DANS LA CRISE CENTRAFRICAINE

0
41

Par RJPM

La grande messe nationale de la paix qui approche à grand pas, devrait être l’occasion inattendue et tant souhaitée, pour que les Centrafricains abordent toutes les questions susceptibles de lever le voile sur les crises récurrentes qu’a connues la Centrafrique. Le moment est arrivé pour crever l’abcès et traiter le mal à la racine. Lors de ces assises, aucune question ne devra être éludée, notamment celles qui fâchent. Même si les Centrafricains sont les principaux responsables de leur propre malheur, la Communauté internationale a tout aussi une responsabilité historique dans cette crise qui a endeuillé de multiples familles.

Vous vous souviendrez que la Communauté internationale avait organisé un sommet extraordinaire des belligérants de la crise centrafricaine à Libreville en Janvier 2013 suite à la fulgurante avancée de la coalition seleka. Au sortir de cette réunion internationale, il était prévu que l’ancien président Bozizé restait au pouvoir jusqu’aux prochaines échéances électorales de 2016. Aussi, il était convenu qu’il nomme un premier ministre de consensus qui aurait la lourde tâche de former à son tour un gouvernement d’union nationale.

En revanche, la partie technique des discussions directes était cogérée par les Forces Africaines stationnées à Bangui et les Chefs d’états de la CEEAC. Ils devraient faciliter dans un bref délai la cessation des combats sur le terrain, le retrait des bandes armées dans les grandes villes, la libération des prisonniers de part et d’autre, le cantonnement, la démobilisation et le désarmement des combattants de la coalition seleka.

L’histoire retiendra qu’en ce temps, le président Déby avait déclaré ouvertement devant les micros des professionnels des médias que la ville de Damara constituait une ligne infranchissable pour les éléments de la coalition seleka. Il avait sèchement lâché que l’irrespect de ses propos par la coalition seleka serait assimilé à une déclaration de guerre envers lui et la Communauté internationale puisqu’il parlait à cette époque en tant que président en exercice de la CEEAC.

Peu de temps plus tard, la coalition seleka déferla ses forces nocives sur Bangui sans que les Forces Africaines n’y opposent la moindre résistance. Même si les troupes Sud africaines avaient bloqué durant un laps de temps l’avancée des combattants seleka vers la capitale, cela ressemblait plutôt à un acte isolé qui n’engageait aucunement la Communauté internationale. La suite de l’épisode est connue de tout le monde…Djotodia renversa l’ancien président Bozizé et ce fut le début de l’hécatombe d’une partie de la population. En sus des crimes odieux et de nombreuses exécutions sommaires qui ne sont guère recensés, l’on compte une kyrielle des charniers dans le pays.

En analysant tous ces faits, l’on se pose les questions suivantes: Pourquoi la Communauté internationale n’avait-elle pas demandé à l’ancien président Bozizé d’organiser les élections anticipées plutôt que d’initier une mascarade de sommet à Libreville qui aura accouché d’une très maigre souris ? Pourquoi le président Déby avait-il fait cette tonitruante déclaration jamais suivi d’effet? Le temps n’est-il pas venu pour que la Communauté internationale fasse enfin son méa culpa sur la gestion de la crise centrafricaine? Qu’en est-il des charniers de bas Oubangui, du Camp Kassaï, du Camp Béal etc? Que sont devenus les prisonniers de l’attaque manquée des Anti Balakas du 5 Décembre 2013 que Djotodjia avait officiellement remis au Procureur de la République face aux caméras du monde entier?

Qu’on le veuille ou pas, le peuple centrafricain demandera des comptes tôt ou tard à la Communauté internationale de la même manière que les Arméniens demandent aujourd’hui la reconnaissance de leur génocide par la Turquie. En somme, le Forum tant attendu de la paix permettra certainement que les mots aient des effets immédiats contre tous les maux de notre société.

Rodrigue Joseph Prudence MAYTE
Chroniqueur, Polémiste

Commentaires

0 commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

Laissez votre vote!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.