POÈME : CENTRAFRIQUE – CE QUI M’ETONNE…

0
154

C’était, il n’y a pas longtemps
Le nain, la seule personne, et sage
Qui me reste au village
Se mordant le doigt comme pour le couper
Marmonnait son étonnement

Ce qui m’étonne…
Après des multiples rencontres
Tant à l’étranger qu’à Bangui
Tant de discours et de leçons
Sur le pardon, la réconciliation
Ceux qui ont tué hier
Ont encore tué
Ils tueront encore

Ce qui m’étonne…
Des inconnus ont tué un compatriote
Des « connus » ont massacré et décimé
Une paisible population
Sûrement pas informée
Des circonstances de la mort du compatriote
Leur sang a arrosé la terre de BOGANDA
Les croquemorts ont eu moins de peine
A creuser leurs tombes

Ce qui m’étonne…
Ce cas n’est la première
La colère est montée
L’idée de vengeance est acquise
Des barricades sont érigées
Les tueurs se sont armés
Ils n’ont pas caché leur intention
Les forces de sécurité n’ont pas sécurisé
Elles ne se voient plutôt que forces d’interposition

Ce qui m’étonne…
Une miraculée victime de ces nuits de violence
Dit avoir vu des véhicules blindés
N’appartenant ni aux frères musulmans du Km5
Ni aux compatriotes anti-balles AK
Se positionner dans la direction de son domicile
Ces véhicules blindés ont tiré sur sa résidence
Personne ne sait ni ne saura pourquoi
Personne ne sait ni ne saura qui a donné l’ordre

Ce qui m’étonne…
Cette miraculée victime
Dit avoir informé les Autorités du pays
Informé l’Ambassadeur du pays
A qui appartiennent ces véhicules blindés
Les premiers lui ont adressé des mots de compassion
Le second reconnait une patrouille
De ces véhicules blindés dans le secteur
Aucune enquête ni justification ni condamnation

Ce qui m’étonne…
Les populations non-protégées ont érigé des barricades
Une mobilisation à la désobéissance civile
A été lancée et suivie
Des foules sont sorties dans les rues
Elles ont marché en brandissant des revendications
Les forces de protection leur ont tiré dessus
Elles ont saccagé des sièges des humanitaires
Piller des maisons

Ce qui m’étonne…
« Mieux vaut une élection mal organisée
Qu’une Transition Chancelante »
Parole de l’« ancien-nouveau » patron
A élection mal organisée, résultat contesté
A résultat contesté, désobéissance totale
A désobéissance totale, totalitarisme imposé
A totalitarisme imposé, nouvelles rebellions
Pour des nouveaux massacres

Centrafricain, soit vrai
Le peuple te fera confiance
L’étranger te respectera
Le nain, la seule personne, et sage
Qui me reste au village
Arrêtera de s’étonner

Pascal TONGAMBA
L’homme aux cheveux blancs

Commentaires

0 commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

Laissez votre vote!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.