LA MINUSCA, L’UN DES ÉCUEILS DÉSOBLIGEANTS DU QUINQUENNAT DE FAT

@Lesplumes 16 mai 2017 0
LA MINUSCA, L’UN DES ÉCUEILS DÉSOBLIGEANTS DU QUINQUENNAT DE FAT

Par RJPM

Pendant que la MINUSCA, tel un chat retombant à chaque fois sur ses pattes, prouve son incapacité dès que la Centrafrique vibre au rythme de regains de tension, l’on ne cesse d’amasser des charbons ardents sur la tête du président FAT. Il ne se passe pas un seul instant sans que l’on tire à boulets rouges sur lui quand le pays fait face à une recrudescence de violences.

Pourtant, nous avions cru comprendre que la MINUSCA a été déployée en Centrafrique pour protéger la population civile et imposer la paix sur toute l’étendue du territoire national. C’est même pour pallier aux différentes éventualités que le conseil de sécurité des Nations Unies avait autorisé le déploiement de plus de 12 000 Casques bleus en Centrafrique pour sécuriser aussi bien Bangui la capitale que l arrière-pays. Presque tous les Centrafricains épris de paix pensaient que la MINUSCA allait mettre hors d’état de nuire tous les trublions de la République. On croyait pourtant dur comme fer que les foyers de tension allaient s’estomper et les protagonistes de la crise fumeraient sans coup férir le calumet de la paix. On se souviendra encore de cette mise en scène digne d’un film Hollywoodien sur la route de Damara que les responsables de la MINUSCA avaient présenté au président FAT peu de temps après son accession au pouvoir. C’était tellement beau à voir qu’on pensait que ce machin à couiner allait enfin sonner le glas de l’insécurité en Centrafrique.

Hélas ! En dépit des moyens sophistiqués de la MINUSCA, la Centrafrique ne cesse de compter tous les jours des pertes en vie humaines, des ilots de résistance, des viols, des pillages, des villages entiers détruits et calcinés….Des Chrétiens dispersés et des Musulmans Centrafricains quasi troglodytes.

Lorsqu’on passe au peigne fin le carnage, les boucheries de ces derniers temps à Alindao et à Bangassou, l’on est en droit de s’interroges à haute et intelligible voix : Que fait réellement la MINUSCA en Centrafrique ? Pourquoi la remise en selle des Forces Armées Centrafricaines est-elle aussi longue? L’embargo onusien sur le réarmement ne touche t-il pas ces escouades marginales d’excités qui sèment en rafales désolation et grincement de dents sur leur passage ? Quel gâchis ! La Centrafrique est non seulement privée de sa force de défense nationale mais elle ne peut également se réarmer…En terme clair, la défense de l’intégrité de son territoire est assurée par la MINUSCA.

A vrai dire, le salut sécuritaire de la Centrafrique ne viendrait jamais de la MINUSCA, cette force d’inaction qui s’est toujours érigée depuis le début de son mandat au médecin après la mort, mais plutôt de nos forces de défense nationale. Il est grand temps que les autorités de Bangui sortent par une ruse sémantique dans la relecture du contrat de l’avènement de la MINUSCA en Centrafrique car aux difficultés de la parole se succède actuellement le péril du silence. Qu’on le veuille ou pas, c’est aussi au pouvoir en place d’imposer à la MINUSCA le respect de sa lettre de mission. Au jour d’aujourd’hui, on se rend compte que certains responsables de la MINUSCA font fi de leur mission et se retrouvent quelques fois dans les arcanes du pouvoir entrain de gérer les questions de souveraineté nationale. On retrouve de plus en plus certains fonctionnaires de la MINUSCA dans les délégations officielles du président de la République alors ceux-ci disposent d’une mission bien précise (cf la photo ci-haut). Une chose est sûre, tant que le président FAT continuera de dérouler le tapis de la complaisance à la MINUSCA, son régime jouera faux jusqu’à la fin de son quinquennat. Juste quelques mots contre les maux que la MINUSCA nous impose depuis sa présence en Centrafrique

Rodrigue Joseph Prudence MAYTE

Laissez un commentaire »