NDELE : DJOTODIA ET NOURREDINE PERSISTENT ET SIGNENT

1
68

Proposé par Jospin Stone

Le congrès de la coalition Séléka a pris fin le dimanche 11 mai 2014. Ce congrès qui s’est tenu sous le contrôle des éléments français de l’opération sangaris, a vu la participation de tous les combattants venus des préfectures du Nord, notamment ceux de la Vakaga, fief de l’UFDR de Djotodja, de la Haute Kotto et du Bamingui-Bangoran, fief de la CPJP d’Abdoulaye Hissen et le CSPK du général Dhaffane.

Selon des informations en provenance de Ndélé ce 13 mai 2014, un violent affrontement était sur le point d’éclater, opposant les combattants de la Séléka. La raison de cette tension qui a failli tourner en affrontement a été la  question  de  la désignation du coordonnateur provisoire de la coalition et celle  de la partition du pays.

La même source précise que Michel Djotodja depuis Benin, n’a cessé de communiquer avec ses partisans, auxquels il a intimé l’ordre de camper sur la position de la partition de la RCA, avec comme capitale politique, la ville de Bambari et Birao, la deuxième ville du nouvel Etat du Nord. Cette information est confirmée par un officier de la Séléka joint au téléphone depuis la ville de Ndélé qui a pris part à ce congrès. « Djotodja et Nourredine veulent toujours tirer la ficelle de cette crise, malgré que nous voulons opter pour la voie de la paix et de la réconciliation ». Poursuivant sa déclaration, il a souligné que les figures radicales de cette coalition, sont les principaux auteurs des violences de ces derniers temps à travers leur soutien aux milices armées qui se réclament des combattants de la coalition séléka. « C’est Djotodja qui incite d’autres combattants à en découdre avec ceux qui veulent opter pour la voie pacifique dans la résolution de cette crise », a-t-il renchérit.
Il faut également noter que n’eut été l’intervention en médiation du général Dhaffane qui a reporté son voyage pour Bangui en vue de ramener ces combattants qui n’évoluent pas sur la même longueur d’onde, que ce congrès aurait littéralement créé le pire. Pour le moment, l’affrontement a été évité, mais pour combien de temps?

(Affaire à suivre)

Jospin Stone

Commentaires

0 commentaires

1 COMMENTAIRE

  1. Je ne suis pas surpris de l’attitude de Dondo-yakpa, pardon je voulais dire Ndotodja car ce fumier et aventurier politique était le premier à parler de la partition de notre cher pays.
    En effet je me souviens comme si c’était ce matin qu’à l’époque où il était ministre de la défense dans le gouvernement 1 de Tiangaye, et prenant prétexte des entraves créées par Bozizé à l’exercice de son autorité au sein dudit ministère,ce minable et sa bande ont conçu un scénario pour se retirer à Damara( place forte à l’époque de ces engins de la mort appelés séléka)au motif d’aller consulter leur base et lui faire un compte rendu des négociations de Libreville.
    Arrivés dans cette ville,ils ont prétendu avoir été pris en otage par les hommes de troupes. Et là, cet INCAPABLE devant la presse internationale a déclaré je cite:”Si Bozizé ne veut pas nous laisser les mains libres pour commander dans les départements dont nous avons la charge, et bien,on va se retirer chez nous dans le nord avec nos affaires et on verra la suite…De toutes les façons on est dans le gouvernement grâce à nos éléments et on ne peut rien faire contre leur volonté”
    C’est ce jour là qu’il avait annoncer la couleur.
    Abakar Sabone n’est en réalité que la voix de son maître qu’on connaît tous aujourd’hui et qui se la coule douce au Bénin après avoir piller le diamant centrafricain et d’où il continue à tirer les ficelles.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Laissez votre vote!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.