DÉSARMEZ VOS CŒURS PEUT-ÊTRE MAIS RÉARMEZ VOS ESPRITS ET LE PEUPLE TRIOMPHERA !

0
120

Par GJK

Et le « désarment des cœurs » aura vécu !

Celui qui le premier, eut recours à cette expression – oh combien éloquente et noble –, pour parler au cœur de ses compatriotes Centrafricains, afin de tempérer leur élan vindicatif et la soif excessive de vengeance qui les étreignait, celui-là à mon avis, n’a nullement été ni bien compris, ni fidèlement suivi. Dès lors, son message a été très diversement reçu, apparemment mal interprété, volontairement déformé, et maladroitement véhiculé auprès des populations. À telle enseigne que le Président centrafricain lui-même, a cru faire œuvre de désarmement des cœurs, en prônant la main tendue à tous les égarés en rébellion ouverte contre l’autorité de l’État. Une politique hasardeuse à laquelle malheureusement le Chef d’Etat croit devoir s’accrocher, tel un naufragé de mer en danger de mort, s’accroche à sa bouée de sauvetage.

Mais Touadera devrait le savoir. Persévérer dans cette bêtise de la main tendue sans rien de valable en retour, lui et son gouvernement d’obséquieux laudateurs ainsi que tous les fanatiques sans esprit de son régime falot, risquent non seulement de se retrouver manchots mais aussi  culs-de-jatte. S’ils survivent.

Monsieur le Président !

Désarmez les cœurs, ce n’est guère tendre des mains nues et molles aux rebelles comme vous faites, au risque de vous entendre réclamer aussi les bras et la tête Avant que  le corps entier y passe!

Désarmez les cœurs, ce n’est point courir se jeter bêtement dans la gueule des terroristes qui se goinfrent nuit et jour de la chaire froide et du sang chaud des Centrafricains, des terroristes qui ne vous ont d’ailleurs rien demandé, parce qu’ils savent bien qu’ils n’ont rien à négocier;

Désarmez les cœurs enfin, ce n’est pas non plus, tendre les bras grands ouverts en direction de tous ces terroristes prédateurs qui, s’ils consentent à vous embrasser, ne visent rien moins que vous étouffer, et sans le moindre état d’âme.

Chers dirigeants centrafricains !

Vous tous dont le courage ne se déploie vaillamment que face aux Caisses du Trésor Public que vous savez si bien saigner ;

Vous tous qui n’avez point honte de baisser le froc dès que l’adversaire se présente à vos portes ;

Vous tous qui sans vergogne ni honte, n’avez de cesse de vous réfugier derrière l’argumentation aussi fallacieuse qu’irresponsable, selon laquelle « la RCA n’a pas les moyens de faire la guerre aux rebelles-terroristes » ;

À vous tous donc, je dis :

RÉARMER VOS ESPRITS, ET LA RCA VAINCRA !

Réarmez vos cerveaux atteints de sclérose de la peur et du défaitisme, et le peuple vous suivra.

Tenez !

Lisez simplement les belles lignes ci-dessous, accouées par la non moins belle plume d’un de nos compatriotes.

« Quand on n’a pas les moyens de sa politique il faut faire la politique de ses moyens. La constitution loi fondamentale du pays donne et précise ce pouvoir. On ne peut pas demander la permission de se défendre à son assassin ».

 Merci cher Emmanuel Magbotiade, car c’est bien de vous qu’il s’agit.

Compatriotes centrafricains : QUAND LE MORAL VA, TOUT VA ! Et quand les circonstances l’exigent, un véritable chef suprême des armées, doit aussi savoir se comporter et se conduire en vrai chef de guerre ! Force est de reconnaître malheureusement, que la RCA est dirigée par un « DOGBO SHÉRIF », comme on aimait à qualifier du temps de mon enfance, tous les peureux dépourvus du moindre courage.

Ce fut une grave erreur que les Centrafricains n’ont pas fini de solder, d’avoir porté à la tête de ce pays en guerre, un homme qui plus est, avait pour vocation de devenir et de rester le « Président des pauvres ». Ceci explique bien cela.

Et sur ce coup, les Centrafricains ne peuvent pas dire qu’ils sont mal servis. Chacun en a pour son compte et même plus: Touadera a vraiment réussi à faire du Centrafrique un pays de pauvres d’esprit.

En prônant sa politique de la main résolument et inconditionnellement tendue aux rebelles, Touadera «  a inculqué savamment la peur, le complexe d’infériorité, le tremblement, l’agenouillement, le désespoir » au Centrafricain. Une fois de plus, il a créé, renforcé et entretenu dans l’inconscient collectif du peuple, un tel sentiment d’impuissance et de faiblesse vis-à-vis des rebelles, que certains sont convaincus jusqu’à la moelle qui répètent à la ronde « la RCA n’a pas les moyens de faire la guerre ». Autrement dit, elle peut seulement faire montre d’un zèle imbécile, celui de baisser indéfiniment sa culotte pour céder à toutes les exigences que des terroristes drogués ne cessent d’aligner avec suffisance et arrogance.

Comment alors s’étonner que le moral des soldats soit au ras des pâquerettes.

En définitive, il n’existe qu’une seule alternative à l’heure actuelle : CHANGER DE DISCOURS.

Et si nous voulons vaincre, réarmons nos esprits de courage et de détermination et allons seulement !

Les moyens dites-vous ? Ils existent chers Messieurs ! Il faut et il suffit d’aller les chercher comme font les autres. En silence bien sûr, au lieu de toutes ces marches à la con !

GJK-Guy José KOSSA

 

Commentaires

0 commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

Laissez votre vote!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.