HOMÉLIE NOUVEL AN 2015

0
32

« QUE DIEU T’APPORTE LA PAIX »
Textes : (Nb. 6, 22-27 ; Ps. 66 (67) ; Ga. 4, 4-7 ; Lc. 2, 16-21)

Dieu est Amour et en Dieu l’homme trouve la paix. Israël avait besoin de paix, il était à la recherche de la paix. Cette paix véritable se trouve en Dieu. Car la paix de Dieu a pour fondement l’amour. En effet, le peuple venait de quitter l’Egypte où il était esclave. Il n’était pas en paix. L’armée de Pharaon lui faisait subir des atrocités qui ne pouvaient le laisser en paix. Le processus de la libération avec Moïse semble long. Tout n’est pas encore accompli pour Israël. Le peuple n’est pas encore rentré à la terre promise. Il est encore sous le choc des durs labeurs de l’Egypte, de l’armée de Pharaon lancée à sa poursuite, de la traversée de la mer à pieds et de nuit, des morsures des serpents, de la faim, de la soif… Israël a peur. Il n’a  pas confiance, même pas en Moïse qui le conduit. Le peuple craint pour son lendemain. Il ne sait pas encore le sort ou la surprise que lui réserve ce lendemain. Alors, comment parler de paix à celui qui a tout perdu : la terre de ses aïeux, sa maison et ses biens en Egypte ? Comment parler de paix à celui qui vit en déplacé dans le désert ? Comment parler de paix à celui qui ne connait pas de paix ?

Dieu s’appesantit sur le sort de son peuple. Il ne l’accuse de rien. Il veut la paix pour lui, lui qui cherche la paix. Lui, Dieu, le Chef du peuple, donne des recommandations à ceux qui ont la charge de conduire le peuple selon sa volonté.

« Dis à Aaron et ses fils… »

Dieu, qui peut tout, a choisi de passer par les responsables du peuple pour bénir le peuple et lui procurer la paix. Dieu ne sauve pas les hommes sans la participation de ceux-ci à leur propre salut. Les chefs du peuple ont une responsabilité devant Dieu du sort du peuple. Ils ont le devoir d’enseigner au peuple les bonnes manières pour demeurer sous la protection de Dieu. Le peuple, sous la conduite de ses responsables, doit se détourner de ces faux dieux qui disposent son cœur à la convoitise et le privent de la bénédiction de Dieu : « Qu’il te bénisse, et qu’il te garde ».

Ces chefs du peuple, conscients du fait que le peuple s’est égaré en causant des abominations, entre autres, l’adoration du vau d’or qui se traduit aujourd’hui dans notre société, par la quête de l’argent par tous les moyens, ont la grande responsabilité de réconcilier le peuple pour prétendre à la paix : « Que le Seigneur tourne vers toi son visage, qu’il t’apporte la paix ». Le visage de Dieu est ce visage d’amour et de compassion que nous devrions rencontrer tous les jours dans le visage de notre prochain. Or, que lisons-nous dans ces visages si ce n’est de la haine, de la médisance, de l’arrogance, de l’orgueil, de la peur.  Le peuple est inquiet. Dieu semble détourner son regard du peuple, pensons-nous. Le peuple ne sait pas quand son malheur prendra fin. Il veut la paix. Il attend la paix pour jouir de l’héritage de ses ancêtres.

« Tu es aussi héritier » 

Saint Paul nous rappelle notre droit à l’héritage. Avec la venue du Fils de Dieu qui a pris notre condition humaine, nous participons à sa divinité par notre adhésion à lui en pratiquant les commandements : « Aimer Dieu et aimer son prochaine comme soi-même ». Tout homme normal ne peut pas vouloir du mal pour lui-même. Alors, aimer l’autre comme soi-même, c’est vouloir son bien. Quand on veut le bien de quelqu’un on ne lui cache rien. On l’instruit. Il a droit au partage équitable de l’héritage ancestral. C’est ce qui fera que les hommes pourront s’entendre, se faire la paix et vivre ensemble. Comme Israël, notre peuple a connu l’esclavage de la domination des minorités ethniques, régionalistes… Le peuple a été poursuivi, voire rattrapé. Beaucoup de familles vivent la traversée du désert dans la brousse, dans des camps à ciel ouvert, avec des risques de morsures de serpents, de paludisme, des maladies… Ces familles sont sans toit, sans nourriture, sans eau potable. Cette situation a beaucoup duré, et dure encore.

En cette nouvelle année, 2015, que les chefs du peuple, responsables politiques et chefs de guerre, comme Aaron et ses fils, se penchent sur le sort du peuple en prenant des engagements sincères pour le retour de la paix dans les cœurs, dans les familles et dans le pays. Que désormais, chaque citoyen jouisse pleinement de sa part de l’héritage ancestral pour un meilleur vivre ensemble et pour une paix durable.

Et le peuple annoncera la bonne nouvelle de la paix sur la terre de ses aïeux.

Bonne année 2015 à tous !

Pascal TONGAMBA

Commentaires

0 commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

Laissez votre vote!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.