FACA: ENTRE PROCRASTINATION ET RECULADE DE SAMBA-PANZA

0
30

Par delà l’épineuse question sur la sécurité en Centrafrique, la présidente Samba-Panza, qui souhaitait pourtant la reprise effective d’activités des forces de défense nationale, jette un pavé dans la mare à travers une interview qu’elle a accordée le 08 Avril 2014 au  journal « Jeune Afrique ». 

L’interrogation sur la remise en selle des Forces Armées Centrafricaines figurait parmi les points qui ont fait l’objet de l’entretien. A priori, la présidente Samba-Panza semble avoir une position tranchée sur cette question qui taraude l’esprit de tous les Centrafricains. Visiblement, on n’a  pas besoin d’être un ressortissant de sciences politiques pour décrypter les intentions cachées de Madame Samba-Panza sur ce dossier brûlant. Ce qui est surprenant,  la présidente de la transition a longuement alimenté les diverses polémiques autour des FACA au point de créer un enfumage qui n’a pas sa raison d’être. La fonction présidentielle est-elle si dépravée en Centrafrique? Manifestement, la présidente de la transition pratique avec efficacité le « mentir vrai ». Elle, qui voulait vaille que vaille réarmer les forces armées centrafricaines, change soudainement de cap.

Quel contraste saisissant !

A quoi rime cette procrastination voire cette reculade? Pourquoi la présidente s’érige t’elle en un pédalo dans la tempête? Est elle obligée de faire du politiquement correct dans l’unique but de satisfaire ses donateurs? La compréhension de ces questionnements nécessite une sémiologie des derniers rebondissements. Il s’est avéré que  la présidente Samba-Panza s’est adressée récemment à la nation  suite à la recrudescence des hostilités. Durant son allocution, elle a clairement laissé transparaitre sa volonté sur la reprise d’activité des FACA dont elle a par ailleurs mentionné les réticences de la communauté internationale. Au delà de cette approche, elle s’est engagée à persuader les forces étrangères pour que la reprise soit effective. 

La présidente était tellement convaincante que la population Centrafricaine dans toute sa globalité pouvait lui donner le bon Dieu sans confession. Non seulement son allocution a fait bonne pesse, mais elle a également été reprise en chœur par toutes les forces vives de la nation. Aujourd’hui, il est aisé d’admettre, l’interview accordée à Jeune Afrique fait couler beaucoup d’encre. 

A la question : les forces armées centrafricaines ont été désarmées. Faut-il revenir là dessus? La présidente répond en ces termes: « … Les FACA constituent un autre problème. Leurs éléments ont été sélectionnés sur des critères essentiellement ethniques. Or nous voulons mettre sur pied une armée républicaine et  représentative de  toutes les régions du pays ». Fin de citation.

Quelle explication peut-on donner à ce revirement? Il est temps que les Centrafricains posent les vrais débats car la versatilité de la présidente Samba-Panza est trop inquiétante. De surcroît, son côté bling-bling mérite le crible de la raison. Il faut pour cela des mots contre ces maux.

Rodrigue Joseph Prudence MAYTE
Chroniqueur, Polémiste

Commentaires

0 commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

Laissez votre vote!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.