RCA : CHRONIQUE D’UNE RWANDANISATION PROGRAMMÉE

0
68

Et voici le triste constat, le mal à l’origine de tous les maux, et finalement la question qu’il convient de se poser : comment se sortir d’affaire avec des Dirigeants qui croient diriger alors qu’ils ne dirigent rien ?

Pour le dire autrement et sans fausse allusion, comment « démocratise-t-on une démocratie », à moins qu’il ne s’agisse d’une autocratie – qui s’ignore sans doute? L’auteur de cette assertion, nous le dira un jour.

Décidément, la RCA n’en finira jamais avec tous les petits et grands margoulins, mercenaires sanguinaires et autres “faymens” impénitents, comme avec ces faux pays amis, qui ne sont autres que des États prédateurs dirigés par des Présidents notoirement arrogants et barbares, dont la seule vocation est d’asseoir par tous les moyens, la prospérité de leur peuple sur les malheurs du peuple centrafricain.

Tenez donc !

La crise centrafricaine a désormais – si ce n’est à vrai dire depuis longtemps déjà -, un visage et un nom : le RWANDA de Paul KAGAME.

Dorénavant, l’homme que tant de Centrafricains – moi le premier –, adulaient sincèrement, a fini par révéler sa vraie nature. La plus inquiétante et la plus terrifiante.

Oh ! quelle horreur d’apprendre que le Chef d’État qu’on espérait qu’il finira peut-être un jour par inspirer un Président centrafricain, n’avait quant lui, qu’une visée hégémonique et n’était habité entre autres que par un rêve expansionniste, incluant l’invasion du Centrafrique.

Ainsi donc, KAGAME tient ni plus ni moins, à faire de la RCA, la nouvelle terre promise pour son peuple, le peuple rwandais. Que nenni !

D’où la rwandanisation programmée des hommes et des missions internationales envoyées en Centrafrique : Garde Présidentielle, MINUSCA (plusieurs postes stratégiques), Banque Mondiale, PNUD et d’autres encore qu’on se surprendra sans doute à découvrir.

Dans le secteur économique, la RCA est devenue une terre de chasse bénie pour le RWANDA. Que d’O.P.A sur les sociétés formelles et informelles, les PME et PMI, tandis que les terres se « rwandanisent » vertigineusement et même insolemment.

Que n’y avons-nous donc pensé plus tôt ?

Mais mieux vaut tard que jamais.

Désormais, la lutte est ouverte et « malheur à celui dont le pied flanche ». Intérêts contre intérêts, les Centrafricains se doivent de défendre les leurs, avec une vigueur aussi farouche que celle dont fit preuve l’ancêtre KPEKAO-ZILOLO, et une détermination absolue dont seuls en sont dignes, les descendants des intrépides guerriers du KONGO-WARA.
Après tout, le devoir de défense de notre terre est une question de citoyenneté.

Qu’on le veuille ou non, LA RWANDANISATION DU CENTRAFRIQUE N’AURA PAS LIEU.

Que Dieu bénisse cette terre, héritage de nos ancêtres et qui n’est pas à vendre ni à dilapider.

Commentaires

0 commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

Laissez votre vote!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.