Y EN A MARRE… EN CENTRAFRIQUE, ON IRONISE SUR NOS MORTS!

@Lesplumes 24 août 2017 0
Y EN A MARRE… EN CENTRAFRIQUE, ON IRONISE SUR NOS MORTS!

Par Vincent Mambachaka

Y en a marre des morts et des crimes contre l’humanité en Centrafrique, dans l’indifférence générale, et qu’on ironise sur nos morts…

Y en a marre des morts d’enfants, de femmes, de vieillards, victimes innocentes des mercenaires criminels devant l’indifférence générale de nos dirigeants.

En Centrafrique, on ironise sur nos morts…

Y en a marre des assassinats des personnels humanitaires et des destructions de leurs équipements. Des jeunes pour la plupart qui quittent leurs pays à travers le monde, en mobilisant des moyens et s’associent à d’autres jeunes Centrafricains pour venir et qu’on empêche de soulager la souffrance d’un peuple en péril.

En Centrafrique, on ironise sur nos morts…

Y en a marre en Centrafrique, qu’on meurt, qu’on tue, et que mon pays soit toujours le pays « des records négatifs », comme dirait l’autre même dans sa tombe, à cause de l’absence de vision, des querelles intestines et de la mal gouvernance de nos dirigeants démocratiquement élus et démocratiquement constitués

Y en a marre que STEPHEN O’BRIEN, Sous-Secrétaire Général aux Affaires Humanitaires des Nations Unies, crie au risque de génocide en Centrafrique, alors qu’il ne désigne pas ONANGA ANANGA, Représentant Spécial du Secrétaire Général des Nations Unies « et Roi de Centrafrique », comme le responsable numéro un et coupable des morts et des génocides en Centrafrique.

En Centrafrique, on ironise sur nos morts…

Y en a marre quand JEAN-PIERRE LACROIX, Responsable des Opérations des Casques Bleus aux Nations Unies crie que la Centrafrique souffre d’un manque de leadership, sans préciser que le responsable numéro un est le Général en Chef BALLA KEÏTA, Commandant en Chef des Forces de Maintien de la Paix en Centrafrique (MINUSCA), composées de 12 000 hommes qui sont incapables de protéger la population et d’arrêter une bande de mercenaires criminels qui assassinent, tuent des femmes, des enfants, des jeunes, brûlent des villages entiers.

En Centrafrique, on ironise sur nos morts…

Y en a marre que nos dirigeants démocratiquement élus et démocratiquement constitués, se délectent et nous abreuvent des informations de coups d’état et de création de comités de soutien à leur effigie.. à leur gloire, alors que tout le pays est entre les mains d’une bande de mercenaires criminels assassins qui tuent, pillent nos richesses pendant qu’ils circulent dans de grosses voitures à Bangui et sont silencieux et indifférents à la détresse de leur peuple.

En Centrafrique, on ironise sur nos morts…

Y en a marre que les dirigeants qui représentent l’Exécutif et ceux qui représentent le Législatif, se regardent en chien de faïence et se querellent à longueur de journée pour on ne sait quoi, alors qu’on tue, on meurt en Centrafrique, dans l’indifférence générale.

En Centrafrique, on ironise sur nos morts…

Y en a marre qu’il n’y ait plus d’hôpitaux en Centrafrique, sinon des morgues à ciel ouvert.

En Centrafrique, on ironise sur nos morts…

Y en marre qu’il n’y ait plus d’école pour l’éducation de nos enfants ; qu’il n’y ait plus de routes, et surtout plus de sécurité, pendant que nos dirigeants démocratiquement élus ou démocratiquement constitués, nous disent de « devoir patienter ; qu’ils sont en action… » jusqu’à quand ?

En Centrafrique, on ironise sur nos morts…

Y en a marre de ne pas avoir d’armée, de ne pas avoir d’Etat, de ne pas avoir d’argent et de ne pouvoir exploiter nos richesses, alors que nos dirigeants démocratiquement élus nous demande de « patienter… qu’ils sont en action » et jusqu’à quand ?

En Centrafrique, on ironise sur nos morts…

4 600 000 population totale en Centrafrique, 2 400 000 de la population en péril humanitaire, 1 800 000 en péril extrême, 600 000 déplacés dans la brousse… C’est un crime contre l’humanité quand nos dirigeant démocratiquement élus et constitués, nous disent de « patienter, qu’ils sont en action et refusent de regarder la réalité en face »

4 600 000 population totale en Centrafrique, 2 400 000 de la population en péril humanitaire, 1 800 000 en péril extrême, 600 000 déplacés dans la brousse… C’est crime contre l’humanité quand ANANGA ONANGA et son sbire BALLA KEÏTA et ses Conseillers Politiques continuent de dire que la situation se stabilise en Centrafrique, alors que toutes les chancelleries de grandes puissances membres du Conseil de Sécurité et leurs principaux bailleurs, leur disent le contraire…

En Centrafrique, on ironise sur nos morts…

En Centrafrique, les morts ne sont pas morts… On ne peut plus se taire

Peuple de Centrafrique, dans ta détresse et dans ta souffrance, dans ta douleur, souviens-toi de KARINOU, des Sultans de NDELE, de BIRAO, de BANGASSOU, de RAFAÏ, de ZEMIO, de OBO, de BARTHELEMY BOGANDA, de NZAPAKOMANDA YAKOMA, de CONJUGO, de ALPHONSE BLAGUE, de BAMBOTE MAKAMBO, de GOTHOAS, de RUTH ROLLAND, de ELISABETH DOMICIEN, de JEAN-PAUL NGOUPANDE, de BANZA, de IZAMO, de ALBERT NDODET dit MALABAR, MAX WALLOT, FRANÇOIS GUERET, Maître GOUNEGAÏ, Maître ZARAMBAUD… des héros de la liberté, de la justice, de l’unité nationale. Ils doivent te parler, nous parler.

Nous ne devons plus nous taire devant l’indifférence générale, de nos morts. Car en Centrafrique, on ironise sur nos morts

On ne doit plus rester impassible et qu’on continue d’ironiser sur nos morts. Nos dirigeants démocratiquement élus et les dirigeants démocratiquement constitués sont devenus amnésiques et atones devant nos morts et les crimes contre leur peuple en Centrafrique ; sinon comment comprendre ce silence coupable ?

Y en a marre d’être sous tutelle

Je…Nous… Vous ne pouvez plus vous taire

Y en a marre

Bangui le 23 Août 2017

Vincent MAMBACHAKA
Artiste – Metteur en scène Centrafricain

Laissez un commentaire »