UN SALUT SCOUT QUI VALAIT MILLE VŒUX DE BONHEUR !

0
54
fbtmdn

Par GJK

À toi qui en cet espace temps précis, parcours ces lignes que je te dédie ainsi qu’à tous mes amis et connaissances d’ici et d’ailleurs, j’ai l’insigne honneur de lever mon bras droit et de brandir mes cinq doigts, index – majeur – annulaire redressés, et le pouce replié sur l’auriculaire, signe du salut fraternel que je t’adresse en ce jour particulier, mais aussi et surtout, symbole de mon engagement chrétien et de ma promesse scoute.

À toi, à lui, à elle, à nous et à vous tous, à chacun et à chacune de manière particulière, je dis simplement :

Que l’année 2019 qui vous a trouvé vivant et en bonne santé à l’heure de son intrusion joyeuse dans votre existence heureuse – bien que très souvent jalonnée d’obstacles et de difficultés -, que cette année 2019 dis-je, vous comble encore de grâces et de bonheur.

Puisse surtout 2019 – quand elle passera le relais -, vous rendre sain et sauf à 2020, pour poursuivre année après année leur terrible mission « JOIE ET TRISTESSE », mission à durée déterminée et connue d’avance : 12 mois, soit 52 semaines ou encore 365 dont les pauvres mortels impénitents que nous sommes tous, devraient pouvoir en jouir pleinement. Avant la minute fatidique de  Vérité.

D’ailleurs quelle mauvaise idée que de célébrer chaque année nouvelle qui vient! Notre vie change-t-elle systématiquement quand nous passons d’une année à l’autre? A-t-il suffi de remplacer 8 par 9 et de substituer ainsi 2019 à 2018, pour que l’Homme se transforme et que notre planète change de mine par rapport à sa vilaine tronche de l’année dernière? Chiche!

Et cette année 2019 s’en ira et disparaîtra elle aussi. Tout comme ses détestables prédécesseurs qui, quoique nous ayant procuré souvent quelques petits moments de « plaijouir », n’ont pas cependant, manqué de nous faire payer le prix de cette vie qu’elles n’ont pas souhaité provisoirement nous enlever. Ce prix, ce sont ces cicatrices des temps qui blessent et les blessures des souvenirs qui passent. Chacun les porte en lui.

Vive 2019 qui elle aussi, nous gratifiera de quelques rides supplémentaires. Pourvu qu’elle attende gentiment le moment où elle se retirera comme elle est venue. Sans notre avis. Sans problème et sans palabre. Surtout, sans – de quelque façon que ce soit –, nous nuire ou nuire à chacun de ceux qui nous sont chers.
.
Un salut scout à vous tous, chères épouses, chers enfants, frères, sœurs, amis et connaissances. Mon salut scout à vous, pour une année de réussite, de paix et de délivrance !

Pourquoi un salut scout dites-vous?

Tout est dans cette symbolique. Car le scoutisme est avant tout un savoir-vivre et un savoir-être. Autrement dit, le scoutisme est un état d’esprit que le scout adopte à l’égard de lui-même ou envers les autres, dans une situation, selon les circonstances ou les événements, qui l’incitent à une manière d’être ou d’agir.

Et la « Prise de recul » est l’un de ces savoir – être de la dimension individuelle du scout. Elle s’entend comme la capacité à faire preuve d’objectivité, à prendre de la distance pour analyser les faits, les situations et les interactions avant d’agir ou de prendre une décision. Personnellement, j’ai choisi et fait preuve de prise de recul tout au long de ces derniers mois de 2018, et continuerais peut- être à observer encore cette attitude durant ces premières semaines de l’année 2019.

En tout état de cause, l’esprit scout, c’est avant tout l’engagement devant Dieu, et la promesse de servir son pays :

« Devant tous je m’engage
Sur mon honneur
Et je te fais hommage
De moi, Seigneur.
….
Fidèle à ma Patrie
Je le serai
Tous les jours de ma vie
Je servirai.
….. »
Que Dieu protège ma promesse à jamais renouvelée. « La moisson est abondante, mais les ouvriers sont peu nombreux. Priez donc le maître de la moisson d’envoyer des ouvriers pour sa moisson.»

Tenez j’ai failli écrire :« la moisson est maigre, et la Journée Mondiale de l’Alimentation n’aura pas lieu. Dites à Monsieur le Président, les imbéciles heureux ne veulent rien négocier. Ils ont encore frappé et fait reculer de peur ! ».

Que leur reprocherait-on ? Ils sont bien dans leur rôle de salopards. D’ailleurs ils le jouent si bien qu’ils sont toujours prêts à en remettre une couche à chaque occasion qu’ils jugent propice.

La vraie question reste alors celle ci: ont-ils seulement en face des acteurs capables et bien décidés à leur faire rendre gorge?.

Au fond et sans cynisme aucun, qu’allait – on fêter à Bambari? Fêter une Journée Mondiale de l’Alimentation dans une zone sinistrée, où les moissons et les récoltes ne sont plus que de lointains souvenirs, une zone où les populations sont contraintes de survivre en dessous du seuil de la sous-alimentation ?

C’est à y perdre sa raison. Au minimum.

Meilleurs vœux.

GJK-Guy José KOSSA
Dit Chef scout KOURBY

Leave your vote

0 points
Upvote Downvote

Commentaires

0 commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

Laissez votre vote!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.