RCA: AVANT DE RENDRE LES ARMES, SAMBA–PANZA AFFICHE SON AVEUGLANTE SUFFISANCE ET RAJOUTE UNE COUCHE DE COQUETTERIE DÉPLACÉE !

0
11

Par GJK

Une présidence de la transition née d’un cafouillage organisé, un pouvoir discrédité, une gestion dynastique, prédatrice et catastrophique. Et avant tout inventaire au fond, Samba-Panza choisit de faire une sortie pathétique dans une interview à Jeune Afrique, que résume cette seule phrase : « J’ai permis un retour à l’ordre constitutionnel et j’ai le sentiment d’une mission accomplie. »

Nulle part dans le texte que vous pouvez lire ci-dessous (1), ne se trouvent exprimés, le moindre regret, la plus petite insatisfaction, aucune repentance. Pas un mot de compassion non plus, à l’endroit des milliers de victimes de la crise centrafricaine. Tout a été fait et bien fait : « J’ai servi mon pays de tout cœur, avec toute l’abnégation et tous les sacrifices ». Mieux, « Je n’ai pas d’explication à donner. J’ai posé des actes et je vais assumer. Je suis une femme de caractère et j’avance dans le sens de ce que je veux ». Zut alors !

Par contre, que l’on essaie de « toucher aux cheveux » de la « fille à sa maman », son altesse Christelle Sappot, et c’est toute la République des « incapables et sans valeur », tous indignes d’une quelconque promotion, qui en prend pour son grade !

Tenez !

« Je vous rappellerai que Sarkozy a nommé son fils à un poste important, que Mitterrand a nommé son fils à un poste important…Je vous rappellerai que beaucoup de chefs d’État africains ont nommé leurs enfants auprès d’eux. Ma fille a des capacités, elle a une valeur, je ne vois pas pourquoi elle paierait parce que sa maman est chef de l’État. Elle mérite aussi une promotion, et j’assume. »

Je m’étais donc trompé dans toutes mes analyses depuis plus de deux ans, en croyant que Samba-Panza n’était que la Présidente d’une transition ! Or, la voilà qui se prend pour Sarkozy, Mitterrand ou les autres Chefs d’Etat africains – dont elle tait les noms -, qui chacun à ma connaissance, pouvait ou peut encore justifier d’un mandat présidentiel régulier, plus est, dans des pays qui ne s’appellent pas la République Centrafricaine.

S’il vous plaît, Madame Samba-Panza, ne vous rappelez-vous point que face au tollé général qu’avait suscité son initiative, Sarkozy a eu la sagesse tardive de ne jamais forcer la nomination de son fils Jean Sarkozy à la tête de l’EPAD ? Par ailleurs, Je vous plains très sincèrement, et vous soupçonne de vouloir à tout prix, réserver à votre fille une fin triste et semblable à celle de Christophe Mitterrand !
Mais diantre ! Pourquoi la « femme de caractère » que vous dites être, ressent-elle à ce point, l’obligation de singer le blanc ou de mimer des rois nègres ?

Pour ma part, je ne vois ici – à travers votre acte comme dans votre affirmation -, que l’ultime manifestation de votre indécrottable arrogance, de votre congénitale impénitence, et du mépris souverain que vous n’avez jamais cessé d’afficher à l’égard des Centrafricains depuis le début de votre mandat temporaire jusqu’à ces jours derniers.

Qu’à cela ne tienne chers compatriotes !
De là où elle sera désormais, que Madame Samba-Panza ne puisse pas s’empêcher de jeter son regard en arrière et contempler son œuvre : La Centrafrique et les Centrafricains ne la regretteront jamais. L’on ne peut forcer l’admiration d’un peuple, aspirer à la respectabilité et prétendre entrer dans l’Histoire, tout simplement, parce que l’on a été contraint d’abandonner le pouvoir pour éviter le pire à son pays. Moins encore, lorsque l’on manque ainsi d’humilité jusqu’à son dernier souffle !

Ave Catherina, le peuple centrafricain vous dit : Adieu !

Guy José KOSSA
GJK Levillageois
Élève Certifié de l’Enseignement
Primaire,Tropicale et Indigène (CEP-TI)
Écrivain Public du Village Guitilitimö

(1): Interview de Samba-Panza à Jeune Afrique

Leave your vote

0 points
Upvote Downvote

Commentaires

0 commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

Laissez votre vote!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.