COMMUNIQUÉ DE LA CONFÉRENCE ÉPISCOPALE CENTRAFRICAINE

1
514

La Constitution de la République Centrafricaine du 30 mars 2016 stipule dans son article premier : « La personne humaine est sacrée et inviolable. Tous les agents de la puissance publique, toute organisation, ont l’obligation absolue de la respecter et de la protéger ».

Suite aux événements malheureux et répétitifs qui ont endeuillé les familles centrafricaines depuis 2012 dont les derniers en date sont ceux de Bangui, Bambari, Batangafo et Alindao, la Conférence Épiscopale Centrafricaine réunie en sa session extraordinaire du 24 novembre 2018, vient par ce présent communiqué :

1. Inviter les autorités politiques et administratives, le corps diplomatique, les représentants des institutions nationales et internationales, les hommes des media et la population centrafricaine, à une conférence de presse qui se tiendra le lundi 26 novembre à 9 heures à l’archevêché de Bangui, pour restituer la vérité sur les crimes inacceptables et odieux perpétrés contre les populations civiles. .

2. Demander à « l’Eglise Famille de Dieu » en Centrafrique, aux hommes et femmes de bonne volonté, par solidarité et dans le respect de la mémoire des victimes, de s’abstenir des festivités du 1er décembre 2018, en signe de deuil.

3. Décréter spécifiquement le dimanche 2 décembre 2018 comme « journée de lamentations et de prière » en mémoire des victimes, dans tous les diocèses. Par conséquent, les quêtes impérées de ce dimanche, seront destinées aux survivants de ces massacres.

Que la Vierge Marie, Notre Dame des douleurs, intercède pour la paix dans notre pays.

Leave your vote

1 point
Upvote Downvote

Commentaires

0 commentaires

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Laissez votre vote!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.