CENTRAFRIQUE : L’UNION SACRÉE, SEULE VOIE SALVATRICE

@Lesplumes 30 mai 2014 0
CENTRAFRIQUE : L’UNION SACRÉE, SEULE VOIE SALVATRICE

Plus que jamais, la RCA semble s’engloutir. En dépit de l’atrocité de la crise, la classe politique centrafricaine n’essaye même pas d’adopter une position commune afin de sauver la République. L’histoire retiendra que le pays a connu plusieurs soubresauts auxquels certains hommes politiques ont joué un rôle primordial. On notera les guerres de positionnements et de personnes en toile de fond de ces multiples crises à répétition.

Puisque les politiques ne parvenaient pas jusque là, à parler d’une même voix pour diverses raisons, voici venu le moment pour qu’ils s’accordent autour d’une « Union Sacrée », gage de préservation des valeurs républicaines.
L’heure est grave et les Centrafricains doivent se mobiliser, pour faire bloc face à la montée en puissance de la barbarie. Devant les nombreuses violations des droits de l’homme, la recrudescence des hostilités et les actes vindicatifs, le bon sens voudrait qu’il y’ait une mobilisation de grande envergure de tous les Centrafricains sans exception.

Ces derniers jours, il faut admettre que l’exécution crapuleuse des trois (3) musulmans et le carnage de l’église de Fatima, ont sonné le glas de l’intolérance généralisée. Au regard de la sempiternelle vendetta entre Selekas et Anti Balakas, il est impérieux que les Centrafricains de toutes obédiences, de différentes aspirations partisanes, de toutes ethnies, mutualisent leurs énergies en vue de créer et développer une nouvelle conscience de la communauté de destin. A vrai dire, l’union doit s’étendre à toutes les couches sociales et la mobilisation doit aller au delà des clivages voire les intérêts personnels.

Qu’on se le dise, la paix doit être notre seul cheval de bataille et nous devons l’obtenir sans fusils ou machettes. La Centrafrique de la barbarie doit disparaitre au profit de celle des idées et d’actions concrètes. Ce faisant, l’exigence du temps actuel oblige les uns et les autres à faire temporairement l’impasse sur leurs ambitions personnelles pour placer l’intérêt supérieur de la nation au premier plan.

Seule la mobilisation populaire incitera les autorités de Bangui à être davantage proactives. De plus, elle démontrera qu’une Centrafrique beaucoup plus fusionnelle serait possible en dehors de la bestialité des voyous antagonistes qui veulent nous asservir.
Une telle osmose peut pousser les forces internationales à appliquer scrupuleusement la résolution de l’ONU, et contraindre le palais de la renaissance et l’immeuble Petroca, à se décider de remettre en selle les Forces Armées Centrafricaines.

Somme toute, la réussite de l’union sacrée passe nécessairement à travers les mots contre les maux qui rongent le pays.

Rodrigue Joseph Prudence MAYTE
Chroniqueur, Polémiste

Laissez un commentaire »